Les évolutions sociétales et l’innovation, leviers de croissance de la protéine végétale

par Arnaud REY, Ingénieur Conseil Innovation Agri-Agro, Études Économiques Groupe Crédit Agricole

Les protéines sont, avec les glucides et les lipides, l’une des trois grandes familles de macronutriments. Les protéines peuvent être d’origines animales ou végétales et leur qualité est définie par leur capacité à couvrir les besoins en protéines et acides aminés indispensables à notre organisme.

Longtemps cantonnée à la consommation de protéine d’origine animale, la consommation de protéine évolue sous l’effet conjugué de différents facteurs :

  • La hausse continue de la population mondiale (près de 10 milliards d’individus en 2050),
  • Une tendance sociétale à la diminution de la consommation de viande dans les pays développés (veganisme, flexitarisme…) associée à un souci croissant pour les enjeux environnementaux et le bien-être animal,
  • Des consommateurs à la recherche de produits alimentaires avec un profil nutritif riche et un impact positif sur la santé,
  • Une hausse de la consommation de protéine dans les pays émergents, sous l’effet de l’élévation du niveau de vie.

La hausse de la consommation de protéines végétales est par ailleurs soutenue par l’innovation au travers d’une offre de plus en plus développée et des progrès dans les processus d’extraction :

  • Des gammes de produits à base de protéines végétales de plus en plus complètes et adaptées aux goûts des consommateurs
  • Des technologies d’extraction des protéines végétales sans cesse améliorées, permettant de proposer des produits innovants offrant des propriétés organoleptiques proche de celles de la protéine animale
  • Des techniques d’extraction offrant des protéines de plus en plus concentrées et purifiées, que ce soit sous forme d’isolat, de concentré ou de protéine texturée
  • Des propriétés fonctionnelles adaptées aux usages : à titre d’exemple, les protéines de soja et de pois peuvent remplacer les œufs dans la BVP (Boulangerie, Viennoiserie, Pâtisserie)

Dans ce contexte, le marché des protéines végétales est assuré de croitre dans les prochaines années et ne s’adressera plus uniquement aux adeptes de régimes alimentaires sans viande. Certains analystes estiment même que les alternatives végétales à la viande pourraient capter 10% du marché de la viande, tablant ainsi sur un marché potentiel de 140 mds$ d’ici 10 ans ! Sans aller jusque-là, nous estimons que la croissance du marché va s’installer au-delà des 10% de croissance annuelle.

Crédits image : Veganliftz.